Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le liseur / Le magasin des suicides

9782070404582Résumé : A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de des études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais. Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : "Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ? "

Mon avis : c'est un livre qui m'a été offert lors d'un swap de livres... sur le coup, je n'ai pas été spécialement attiré par l'ouvrage et encore moins par la résumé.
Et puis, il y a quelques jours, je me suis dis, changeons un peu de registre...
Je suis rapidement tombée sous le charme de cet auteur... j'aime beaucoup la façon dont il écrit et encore plus la manière dont il nous embarque dans son histoire.
Il n'y a pas de passage superflu, rien en trop, juste ce qu'il faut.
Alors qu'il tombe malade dans la rue, il est secouru par Hanna. Rapidement, ils deviennent amants, se cachant aux yeux de tous, puisqu'il n'a que 15 ans...
Un rituel se met rapidement en place, il devient son liseur, c'est-à-dire qu'il lui fait la lecture à haute voix après l'amour.
Mais un jour Hanna disparait sans laisser de trace et il doit réapprendre à vivre sans elle.
Il épouse une femme, fait une petite fille et puis au cours d'un procès dans le cadre duquel il assiste pour ses études, elle est là... condamnée en tant que surveillante dans des camps de concentration.
Il comprend peu à peu le soucis d'Hanna et ce qui pourrait lui couter la vie, puisqu'elle refuse de l'avouer...
Il reprend contact, lui envoie des cassettes, ....
C'est un roman dur et très intéressant à la fois, on se pose beaucoup de questions... comment aurions nous réagi ? que doit on faire de ce cas là ?

 



583101Résumé : Vous avez raté votre vie ? Réussissez votre mort" c’est le slogan de la boutique familiale des Tuvache. Chez eux, on trouve tout ce qu’il faut pour un beau suicide, le tout servi avec un air de circonstance : lugubre. Mais le petit dernier déborde littéralement de joie de vivre, se met à sourire à la clientèle...et sabote le matériel. Panique à bord !

Mon avis : C'est simple, je l'ai lu en une seule journée dans le train... 45 min matin et soir... rien de plus rien de moins.
Le titre m'intrigue déjà depuis pas mal de temps et quand je suis passée en Lorraine, je n'ai pas pu m'empêcher de succomber et je n'ai pas regretté.
Je me suis rapidement attachée à tous les personnages avec une petite préférence pour la mère Tuvache... une vraie maman dans toute sa splendeur qui aime son fils malgré sa différence, et quelle différence : il est jovial et heureux !!!
L'histoire est simple tout comme le style, rien de compliqué...
Il y a 2 ou 3 jeux de mots qui font sourire mais ce n'est pas non plus un spectacle de Foresti ! l'humour est bien sur très très noir mais si vous ne saviez pas comment vous suicider, ce petit livre regorge de tonnes d'idées... soyons sérieux, la fin est un bien joli happy end, enfin presque !
Si vous voulez passer un bon moment surtout n'hésitez pas...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lylou 19/04/2010 17:35



J'avais bien aimé Le magasin des suicides et son cynisme :)



Temoicka 21/04/2010 10:09



Ah oui, c'est du cynisme en barre !